Investir

Les régions Ouest et Nord-Ouest sont celles qui bénéficient le plus de la présence des investissements français après la région de Bucarest, essentiellement des PME.

Sur le judet de Cluj, les entreprises françaises emploient environ 2.500 personnes (estimation agence consulaire) dans 134 sociétés, pour un chiffre d’affaires total de 45.500.000 € (données 2011 de la CCI Cluj).

La France est le 7ième investisseur à Cluj, après la Hongrie, les Pays-Bas, la Suisse, l’Allemagne, l’Italie et l’Autriche, et avant Chypre, l’Espagne et le Luxembourg. L’ensemble des investissements étrangers à Cluj en 2011 représentent 120,3 millions d’€ (2ième place après Bucarest), pour un total de 3.303 sociétés.

Les sociétés les plus représentatives sont des filiales de grand groupe ayant leur siège à Bucarest : CARREFOUR, CORA, AUCHAN, DECATHLON, BRD-Groupe Société Générale, ORANGE, GROUPAMA, mais aussi des PME : PENTALOG, PITECH+PLUS, ENERGOM, FSA, THOMAS, MECELEC, DKER, GDS, AB CALIPAC.

A noter près de Cluj, à Zalau, l’unité SILVANIA du groupe MICHELIN.

La présence des citoyens français travaillant à Cluj reste très limitée, on l’estime à environ 20 personnes permanentes, constituées de salariés détachés, expatriés ou d’entrepreneurs indépendants. Par contre plus de 500 étudiants français sont inscrits dans les universités à Cluj, principalement la faculté de médecine. Quelques religieux et retraités vivent également dans la région. 110 personnes vivant dans la région de Cluj sont actuellement enregistrées au Registre des français établis hors deFrance du Consulat.

Il faut rajouter les citoyens français de passage à Cluj pour des raisons professionnelles, de formation ou touristiques, ils sont nombreux : universitaires, étudiant, simples touristes, salariés d’entreprises ayant des partenariats ou des filiales dans la région, associations, ONG, artistes. Le centre d’information touristique de Cluj a vu passer 1.145 citoyens français, soit la deuxième fréquentation après les roumains.

Intérêts économiques pour les entreprises : les infrastructures routières, le développement de l’aéroport, les investissements financés par des fonds européens à la Régie de l’Eau, à la régie du transport, pour la gestion des déchets, le secteur de la santé (construction d’hôpitaux), l’audio-visuel, les nouvelles technologies, les centres d’appels, l’agriculture, le tourisme, le commerce.